Max Holder GmbH

Menu

Multifonctionnalité, maniabilité et grande capacité de charge

Véhicule communal multifonctionnel Holder MUVO dans la ville de Riedering en Haute-Bavière

25. octobre 2016

Riedering, septembre 2016 – « Entre montagnes et lacs » – telle est la situation idyllique offerte par la commune de Riedering dans le district de Rosenheim à ses nombreux visiteurs. La ville de Haute-Bavière de 5 800 habitants s'est engagée dans le tourisme « doux » et attire pour des expériences de vie proches de la nature, les baignades dans les lacs Simssee et Tinninger See ou les excursions sur le bon réseau de chemins de randonnée pédestre et cycliste, comme le tout dernier « Riederinger Rundn ». Pour le service d'entretien communal, la situation de Riedering en bordure des Alpes, avec ses équipements touristiques, s'accompagne d'un large éventail d'activités : entretien des routes et bâtiments, service d'hiver, alimentation en eau/canalisations, signalétique, mais aussi soin et entretien des bacs de rétention d'eau et stations de pompage, des 200 000 m² d'espaces verts, des chemins de randonnée, des espaces de jeux et des zones de baignade. Le tout est coordonné par Thomas Bauer, responsable des services d'entretien de la commune, assisté de huit collaborateurs. L'un des plus gros défis est l'entretien des bacs de rétention d'eau de pluie, souligne Thomas Bauer. « C'est un travail très intense qui devrait aller encore en s'intensifiant du fait que les épisodes de fortes pluie ne vont faire qu'augmenter. » Les écoulements doivent toujours être propres. « Il faut tondre et entretenir, les arbres doivent être entretenus, et le bois mort éliminé. Il ne doit pas y avoir d'obstruction. » L'an passé, la commune ajoutait un bac, et cette année, elle en comptera encore un de plus. « L'entretien n'est pas simple, car nous avons souvent des talus très abrupts. On doit donc avoir des équipements adéquats. »

Le Holder MUVO

Dans ce contexte, le service d'entretien, le maire et le conseil municipal ont opté pour le Holder MUVO, un véhicule communal compact à quatre roues motrices offrant à la fois performances et maniabilité. Un faible rayon de braquage, trois modes de direction pour une flexibilité optimale et ses 109 CV permettent au MUVO de venir à bout sans problème de pentes à 55 pour cent et ainsi de monter et descendre des talus abrupts. Le MUVO est utilisé à Riedering par tous temps, et peut, du fait de ses nombreux outils, être employé toute l'année : de l'entretien des espaces verts au service d'hiver en passant par le balayage, le nettoyage des rigoles et le transport, il enregistre une charge d'exploitation de plus de 500 heures par an.

L'entretien des chemins non goudronnées représente un défi de plus en plus grand

Le réseau de routes et chemins de Riedering comprend également de nombreux chemins non goudronnées entretenus avec le MUVO. « Lors de notre choix, il était pour nous important d'avoir une surface de chargement relativement grande pour pouvoir emporter une certaine quantité de graviers pour la rénovation des sentiers de randonnée. Il en va de même l'hiver – il faut alors transporter une grande quantité de sel pour pouvoir faire un tour complet sans devoir constamment venir recharger », déclare le responsable des services d'entretien, Thomas Bauer. Mais l'entretien des chemins en graviers est également de plus en plus difficile du fait des conditions météorologiques toujours plus extrêmes. Ce sont avant tout les fortes pluies qui endommagent les voies non asphaltées. « 50 litres en deux jours, ce n'est rien, mais ici, nous avons le plus souvent 50 litres par heure. Du fait de ces précipitations, nous pouvons difficilement entretenir les rues gravillonnées et cela devient de plus en plus problématique. Il faut se demander si l'on ne devrait pas mieux les goudronner », déclare Thomas Bauer. De nombreuses communes sont confrontées à cette problématique. « Et les intempéries ne vont faire que croître », prévient son collègue, Martin Alt. Ils ont déjà dû goudronner deux routes. Un travail que Martin Alt préférerait aussi réaliser avec le MUVO. « On pourrait peut-être inventer quelque chose pour les routes gravillonnées ? L'idée serait d'installer une lance à goudron sur le MUVO. »

Choisir la machine adaptée aux conditions locales

Les collaborateurs du service d'entretien sont jusqu'alors très satisfaits du choix de leur porte-outils multifonctionnel et des différents outils, comme le bras de débroussaillage, la lame de déneigement et l'épandeuse-saleuse. « L'entretien des espaces verts fonctionne parfaitement. La machine passe partout et est très maniable », résume Martin Alt. « Le service d'hiver se déroule parfaitement et la balayeuse avant réalise aussi très facilement les travaux de nettoyage », ajoute Thomas Bauer.

Pour que la machine sélectionnée soit parfaitement adaptée aux conditions locales, de nombreuses questions ont dû être considérées, comme la largeur des trottoirs, les dimensions maximales du véhicule, le poids admissible, et surtout l'étendue des travaux nécessaires, souligne le revendeur Günther Radlmaier, qui a également conseillé la commune de Riedering. C'est finalement le puissant MUVO, avec une longueur de 4 mètres et une largeur de 1,5 mètre, une transmission hydrostatique continue, une vitesse jusqu'à 50 km/h et une cabine pouvant recevoir 2 personnes, qui convenait le mieux pour les travaux à réaliser dans la commune. « Pour un prestataire assurant tous les services communaux, comme c'est le cas à Riedering, cela ne sert à rien d'arriver avec un véhicule de 30 CV », déclare Radlmaier, « car finalement, personne ne sera satisfait. Tout comme un véhicule plus imposant ne serait pas non plus le bon choix pour les ruelles étroites du centre-ville. De quoi a-t-on besoin au juste ? Ce n'est souvent qu'au moment de la démonstration que l'on s'aperçoit que l'on ne peut pas passer ou que l'appareil est trop petit … Vendre un véhicule sur catalogue sans effectuer de démonstrations ni d'essais sur route n'a aucun sens. »

Confort et protection de la santé

Après des démonstrations approfondies, le choix s'est donc porté en faveur du Holder MUVO. Au-delà des données de performances et des outils, le confort a aussi joué un rôle capital. « C'est mon poste de travail, j'y suis assis 8 à 10 heures par jour, et l'hiver quelquefois encore plus longtemps. Tout doit donc bien fonctionner et je dois être à la bonne hauteur », déclare Thomas Bauer. Le véhicule doit être sûr, mais la climatisation et la radio sont aussi essentiels. Sur ce point, la cabine confortable du MUVO a su convaincre les collaborateurs du service d'entretien de Riedering, avec son système de chauffage et de ventilation, son pare-brise et ses rétroviseurs extérieurs chauffants, sa vue panoramique, son ordinateur de bord, ses sièges ergonomiques à suspension pneumatique et l'utilisation à une seule main via le joystick multifonctionnel. « Sur le MUVO, la cabine pour 2 personnes est tout simplement parfaite. Sans compter qu'elle est très bien insonorisée. Chez les autres fabricants, il y a parfois des carences à ce niveau-là. »

A Riedering, chaque véhicule est utilisé en moyenne pendant une dizaine d'années, c'est pourquoi – surtout compte tenu des conditions climatiques locales – la protection anticorrosion est aussi un critère important. « Lors de la démonstration, le MUVO nous a paru irréprochable. Il était scellé en-dessous : protection de bas de caisse. Sur ce point, les autres présentaient des problèmes. Un véhicule qui tourne l'année en extérieur et arrive déjà avec de la rouille ... C'est la raison principale pour laquelle nous n'utilisons plus de tels véhicules », explique Thomas Bauer.

« Sur le MUVO, la cabine pour 2 personnes est tout simplement parfaite. Sans compter qu'elle est très bien insonorisée. Chez les autres fabricants, il y a parfois des carences à ce niveau-là. »

Thomas Bauer

« En hiver, une demi-journée d'arrêt est une catastrophe »

La proximité avec le revendeur, qui possède des pièces détachées à Riedering pour les cas d'urgence, s'avère aussi très utile pour le travail quotidien. « Lors du fauchage, il arrive que des pièces cassent, c'est tout à fait normal. Dans ce cas, je peux aller chercher la pièce chez Radlmaier, ou bien il nous l'apporte. Le travail doit toujours être achevé, même par mauvais temps ou pendant les fêtes. La tenue d'un stock et la possibilité de réparer l'appareil le jour-même sont donc essentielles », déclare Thomas Bauer. Ceci est d'autant plus important en hiver, où une seule demi-journée d'arrêt, alors qu'il faut saler ou déblayer, s'apparente à une catastrophe. A Riedering, on considère qu'il est du devoir du fabricant de maintenir un certain stock et de nous assister de ses conseils. Le rapport prix-performances était certes déterminant, mais « le suivi » est tout aussi important.